Pourquoi pas toi ?

CNRS INTEGER - INstitutional Transformation for Effecting Gender Equality in Research Société Française de Physique

Rechercher




Accueil > Portraits

Marie-Aude Méasson

par Webmaster - publié le , mis à jour le

Marie-Aude Méasson

« Dès le lycée j’ai été très vite motivée par l’envie de faire de la recherche, se souvient Marie-Aude Méasson, physicienne au laboratoire matériaux et phénomènes quantiques, à l’Université Paris Diderot. La physique quantique décrit des choses qu’on ne voit pas à l’œil nu et permet de s’affranchir des évidences, c’était intrigant et très attirant. »


Marie-Aude Méasson - Portrait de "Femmes en... par CNRS

Mais pas si simple. L’expérimentatrice, devenue spécialiste de la supraconductivité, et plus généralement de la ‘’matière électronique’’ dans les solides, évoque des professeurs l’ayant mise en garde contre la difficulté des études scientifiques… alors qu’elle avait les meilleures notes de sa classe. « De ce point de vue, mon milieu familial a été très important, car il faut beaucoup de ressources, presque l’esprit de contradiction, pour ne pas se laisser enfermer dans les stéréotypes de genre. »

Esprit de vigilance qui, aujourd’hui encore, n’a pas quitté Marie-Aude Méasson. « Au quotidien, je ne ressens pas de difficulté particulière, mais... ». Et la physicienne de citer le cas de collègues femmes n’ayant pas poursuivi après la thèse : « On a l’impression que la décision vient de la jeune femme, mais c’est plus subtil. L’âge du recrutement, souvent après 30 ans, est ici crucial », explique-t-elle.

Et puis il y a ces anecdotes ou ‘’petits trucs’’ : telle physicienne poussant sans succès une idée au cours d’une réunion… avant qu’un homme ne la reprenne finalement à son compte. Ou cette technique consistant à passer par un collègue masculin pour faire passer des messages plus efficacement… «  In fine, tout cela entretient chez certaines femmes un manque de confiance en soi, analyse la chercheuse. Il ne faut pas s’étonner qu’après ça, si peu prétendent à des postes à responsabilités.  »

Ce qui n’empêche pas Marie-Aude Méasson d’être optimiste. « Beaucoup de progrès ont été faits pour lutter contre les inégalités de genre. Mais il faut rester vigilant-e ! » Afin que la motivation reste intacte !

Mathieu Grousson
Marie-Aude Méasson
Chargée de recherche au CNRS
Laboratoire matériaux et phénomènes quantiques - MPQ (CNRS/Université Paris Diderot) à Paris