Pourquoi pas toi ?

CNRS INTEGER - INstitutional Transformation for Effecting Gender Equality in Research Société Française de Physique

Rechercher




Accueil > Actualités

Lorène Champougny et Sophia Chen, lauréates d’une bourse L’Oréal-UNESCO "Pour les Femmes et la Science" 2014

par Simon JUMEL - publié le

Lorène Champougny et Sophia Chen, lauréates d'une bourse L'Oréal-UNESCO "Pour les Femmes et la Science" 2014

Lorène Champougny, doctorante au Laboratoire de physique des solides - LPS (CNRS/Université Paris-Sud), et Sophia Chen, post-doctorante au Laboratoire pour l’utilisation des lasers intenses - LULI (CNRS/École Polytechnique), sont lauréates d’une bourse L’Oréal-UNESCO "Pour les Femmes et la Science" 2014, qui a pour but de promouvoir les femmes en science et de les encourager à poursuivre leur carrière scientifique.


Lorène Champougny - Doctorante en physique des matières molles

Que savons-nous des bulles ? Stabilité des films liquides et des bulles de savon
source site de la Fondation L’Oréal

De quoi dépend l’épaisseur d’un film de savon ? Quels sont les moyens d’influencer sa stabilité ? Autant de questions fondamentales qui ont de nombreuses répercussions pour des applications de la vie courante (alimentation, détergence, cosmétique, etc.) mais aussi à l’échelle industrielle, notamment pour la récupération du pétrole. A l’aide d’une approche pluridisciplinaire, Lorène Champougny cherche à comprendre le lien entre la vie d’un film de savon et les propriétés physico-chimiques des molécules qui le stabilisent. Réussir à l’expliquer permettrait de contrôler la structure des mousses solidifiées, matériaux omniprésents dont les applications vont de l’isolation des chocs et de la chaleur à la culture de tissus biologiques.




Sophia Chen - Post-doctorante en physique fondamentale

Productrice d’énergie vitale : étude de l’interaction ion-matière
source site de la Fondation L’Oréal

« Mesurer les mécanismes de pertes d’énergie d’ions énergétiques se propageant dans la matière dense ». Un défi qui n’a pas effrayé le Dr. Sophia Chen. En 2013, cette physicienne américaine a réussi à mettre au point une technique de sélection spectrale d’ions permettant de mesurer spécifiquement leur ralentissement, notamment dans des plasmas. Un « tour de force expérimental ! », s’enthousiasme Julien Fuchs, directeur de recherche au Laboratoire d’Utilisation des Lasers Intenses de l’Ecole Polytechnique (LULI). « Chercher à se réaliser », tel était l’objectif de Sophia depuis ses débuts. Cela s’est traduit par un parcours semé d’intersections entre physique fondamentale et appliquée, puis une rencontre avec des chercheurs français qui lui a ouvert de nouveaux horizons. A présent chercheuse au LULI de l’Ecole polytechnique, le Dr. Sophia Chen est heureuse « d’avoir contribué, même modestement, à un enjeu majeur : la possible production d’une source d’énergie propre pour le devenir de l’humanité ».