Pourquoi pas toi ?

CNRS INTEGER - INstitutional Transformation for Effecting Gender Equality in Research Société Française de Physique

Rechercher




Accueil > Portraits

Caroline Bonafos

par Webmaster - publié le , mis à jour le

Caroline Bonafos

« Dans le secondaire, j’avais plutôt des affinités avec les lettres et les langues. Mais bonne élève, j’ai été orientée vers une filière scientifique, se souvient Caroline Bonafos, au Centre d’élaboration de matériaux et d’études structurales - CEMES, un laboratoire du CNRS à Toulouse. Si bien que la question de savoir si les maths et la physique sont plutôt des matières masculines ne m’a jamais traversé l’esprit ! »


Caroline Bonafos - Portrait de "Femmes en... par CNRS

S’en suivent des études d’ingénieur∙e, puis une thèse de doctorat : « C’est là que j’ai découvert que la recherche était exactement ce que je voulais faire, car c’est un métier où on continue d’apprendre toute sa vie », poursuit cette spécialiste des nanomatériaux.

Son quotidien aujourd’hui : la synthèse et l’étude de nanocristaux sphériques, notamment à base de silicium, dont les remarquables propriétés d’émission lumineuse pourraient trouver des applications en opto-électronique.

Que la physique soit un milieu masculin ? Caroline Bonafos en convient, tout en soulignant avoir la chance de travailler dans un laboratoire où 30 % de l’effectif est féminin. Cela dit, pour la physicienne, la parité n’est pas une fin en soi. « Par contre, il faut veiller à ce que les jeunes filles ne s’autocensurent pas en écartant les métiers scientifiques pour de mauvaises raisons, précise-t-elle. Or, on sait que le phénomène existe. »

Du reste, si problématique de genre il y a dans les carrières scientifiques, Caroline Bonafos la situe en partie à l’échelle de la société toute entière. Et elle cite une étude de l’INSEE selon laquelle, en moyenne, les femmes consacrent deux fois plus de temps aux tâches domestiques que les hommes !

« J’ai la chance d’avoir un mari avec qui la répartition des tâches du quotidien s’effectue à 50/50, témoigne la scientifique. Et c’est lui qui s’est mis à temps partiel à la naissance de notre fils, à une époque où sa carrière était plus avancée que la mienne. » Bien loin des clichés sur le prétendu caractère sexué des disciplines et des activités !

Mathieu Grousson
Caroline Bonafos
Directrice de recherche au CNRS
Centre d’élaboration des matériaux et d’études structurales - CEMES (CNRS) à Toulouse